side-area-logo

L’heure de nous-mêmes a sonné

Présentation

« Nous ne voulons pas mener de petites batailles, contre des « ennemis » de petites dimensions, des fusibles, des trompe-l’oeil, des chiens de garde. Ce genre de combat, nous le laissons à tous ceux qui nous vendent l’illusion que leur monde est si merveilleux quand il a cessé de l’être […] Je ne retourne pas le peuple contre qui que ce soit. Je l’invite à tirer des leçons de l’histoire. Car le temps joue contre le Congo-Kinshasa. Nous sommes prêts. »


A travers 21 essais courts comme autant de messages adressés aux congolais, et par extension aux africains, Mufoncol Tshiyoyo nous invite à ne plus faire usage de la langue de bois au regard des réalités que nous vivons depuis plus de 20 ans, nous encourage à nous battre pour notre terre (et contre un ennemi identifiable et identifié) au lieu d’assister à la liquidation de la population et de la jeunesse congolaises et nous enjoint à nous affirmer comme peuple parce que les peuples ne sont jamais le fruit du hasard.


Pour reprendre une formule d’Aimé Césaire dans sa lettre à Maurice Thorez qui, entre autres, fustigeait le fraternalisme (« Nous ne voulons plus nous contenter d’assister à la politique des autres. Au piétinement des autres. Aux combinaisons des autres. Aux rafistolages de consciences ou à la casuistique des autres »), L’heure de nous-mêmes a sonné. Parce qu’il est temps de miser sur nous-mêmes d’abord. Parce qu’il est temps de répondre individuellement et collectivement au défi qui est lancé à notre intelligence. Parce que le peuple du Congo mérite mieux.

Plus d'informations sur congolobilelo.com