side-area-logo

Europe, crimes et censure au Congo: Les documents qui accusent

Présentation
Présentation du livre

Dans ce livre riche en révélations et documents inédits, on découvre notamment : Comment Joseph Kabila a été imposé à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC) en 2006 par George Bush et de Jacques Chirac au moyen d’élections truquées et financées par l’Union Européenne (UE) ; que la condition exigée à Joseph Kabila pour rester au pouvoir était qu’il se taise sur les incursions rwandaises à l’Est de la RDC et sur les atrocités commises par les hommes de Kagame ; que Laurent-Désiré Kabila s’était allié aux Hutu rwandais (FDLR) pour organiser la défense du territoire congolais et que l’Union Européenne de connivence avec Joseph Kabila et Paul Kagame ont rompu cette alliance pour mieux affaiblir la RDC ; que malgré la multiplication des rapports internes attestant clairement de la présence des soldats rwandais à l’Est de la RDC, l’UE nie officiellement l’invasion du Congo par le Rwanda et censure tout discours mettant en cause Paul Kagame et ses hommes ; que Joseph Kabila lui-même, lors d’un entretien en tête-à-tête avec Aldo Ajello, représentant spécial de l’UE pour la région des Grands Lacs, a affirmé que les tutsi congolais sont « les enfants gâtés de la communauté internationale » et qu’ils « sont sur-représentés par rapport à leur poids » dans le gouvernement; que l’Union Européenne a dépensé plusieurs millions d’ euros pour bâtir une armée congolaise avec des truands, des violeurs et des criminels contre l’Humanité, malgré les inquiétudes de certains hauts fonctionnaires sur ce « brassage » périlleux.

« Je ne comprenais pas pourquoi l’Europe, qui prône la défense des droits humains et de la démocratie, s’accommode tant du trucage des élections au Rwanda et en RDC et de la violation des droits de la personne dans ces deux pays. Je m’étonnais aussi du silence persistant en Europe sur le harcèlement des militants des droits humains et leur assassinat tant au Rwanda qu’en RDC. J’ai donc décidé d’enquêter dans « l’arrière-cuisine » de la diplomatie européenne. » – Charles Onana